The Circé Zone – Le blog

Attention : Zone de turbulences

Devil : critique


Devil

Devil

Résumé :
Cinq inconnus se retrouvent coincés dans un ascenseur. Alors que l’équipe de maintenance essaye vainement de le débloquer, les lumières s’éteignent momentanément et l’une des personnes bloquées est blessée sans savoir par qui, ni comment. Le détective Bowden, qui enquêtait à proximité sur un suicide, est appelé en renfort pour essayer de gérer la situation. Première étape : mettre un nom sur les occupants de l’ascenseur et savoir si l’un d’eux est potentiellement dangereux. Seulement un problème se pose : les communications ne fonctionnent qu’à sens unique et il ne peut pas les entendre…

Réalisateur : John Erick Dowdle
Scénaristes : Brian Nelson & M. Night Shyamalan
Acteurs : Chris Messina (Détective Bowden), Logan Marshall-Green (Le mécano), Bojana Novakovic (La jeune femme), Bokeem Woodbine (Le garde), Jenny O’Hara (La vieille femme), Jacob Vargas (Ramirez), Geoffrey Arend (Le vendeur), Matt Craven (Lustig)

Genres : Horreur – Thriller – Fantastique
Durée : 1h20
Pays d’origine : USA
Année de production : 2010
Dates de sortie : USA : 17 septembre 2010 – France : 20 avril 2011

Bande annonce

Critique :
Ca fait un petit moment que je prévoyais de voir ce petit film et c’est enfin chose faite (vive les promos Amazon :p). Notons quand même que ce matin, en enlevant le blister autour du DVD, j’ai remarqué sur la jaquette cette phrase d’accroche à laquelle je n’avais pas encore fait attention « Le nouveau cauchemar de M. Night Shyamalan » (vous savez qui est Shyamalan ? Le papa du « 6ème sens », du « Village » ou encore de « Signs ») et là, ma réaction immédiate a été de jeter littéralement l’objet de mes mains ! Et oui : je suis allergique à Shyamalan !! <_< Si j’avais vu cette phrase d’accroche avant, autant vous dire que je n’aurai même pas pensé une seule seconde à acheter ce DVD ! :p

Cinq inconnus coincés dans un ascenseur

Cinq inconnus coincés dans un ascenseur

Bon, finalement j’ai pris mon courage (et le DVD) à deux mains et, sachant pertinemment que le film n’était pas réalisé par Shyamalan mais par un illustre inconnu, j’ai fini par introduire la galette dans le lecteur, tout en vérifiant ce que Shyamalan venait faire là-dedans : il est donc producteur et… scénariste !! >_< Alors oui, je vous vois venir, vous vous dites « Mais pourquoi fait-elle une tête comme ça ? Shyamalan écrit de bons scénarios ! » et moi de vous répondre que : oui si vous voulez, on peut effectivement dire que Shyamalan est meilleur scénariste que réalisateur (!) mais franchement, vous avez bien regardé ses films jusqu’au bout ? Vraiment jusqu’au bout ? Non parce que c’est LE plus doué en ce qui concerne le plantage d’histoire juste à la toute fin… il n’est pas foutu de faire un dénouement correct ! Faut toujours qu’il sorte un pu*ain de twist final complètement pourri, et pitié me sortez pas que le twist de fin du « 6ème sens » était bon alors qu’on pouvait le deviner dans les 5 premières minutes du film (à cause justement de la réalisation pourrie de Shyamalan) ! A bah je vous avais prévenu que je n’aimais pas ce type ! :p

Le "mécano"... bah oui : on ne sait pas le nom des occupants ^^

Le "mécano"... bah oui : on ne sait pas le nom des occupants ^^

Passons donc au film en lui-même (ouf, pas trop tôt ^^). Déjà l’histoire de base n’est pas l’originalité incarnée (des personnes enfermées dans un ascenseur : on a vu ça mille fois) et ça me rappelait fortement le court métrage « Elevated » de (l’excellent) Vincenzo Natali, court métrage tout bonnement génial dans le style. Donc pas de nouveauté pour la base de l’histoire, si ce n’est que je m’attendais à voir un vrai huis-clos, ou pas très loin, et que finalement les scènes hors ascenseur sont aussi nombreuses que celles dans l’ascenseur. Ce parti pris de ne pas faire un total huis-clos, alors qu’on s’attendait vraiment à ça, enlève une part du plaisir à voir ses étrangers enfermés ensemble, mais finalement fait la force du film.

La "jeune fille"... elle n'a pas l'air rassurée :p

La "jeune fille"... elle n'a pas l'air rassurée :p

On se retrouve donc à jongler entre les personnages hors ascenseurs, qui se démènent pour sortir les autres de là, et les personnages dans l’ascenseur, qui ne tardent pas à se regarder en chien de faïence. Notons que l’idée du problème de communication (l’équipe de sécurité peut parler aux personnes coincées, mais l’inverse est impossible) est une bonne trouvaille, même si par moments frustrante. Les « passagers » (appelons-les comme ça) de l’ascenseur n’ont donc pour seule information de ce qui se passe à l’extérieur que ce que les gars de la sécurité, puis la police, veulent bien leur fournir… et bizarrement nos passagers ne cherchent pas vraiment à se connaître les uns et les autres, alors qu’un vrai huis-clos aurait basé son histoire là-dessus. Pour en apprendre davantage sur nos passagers, il faudra donc se tourner du côté extérieur de l’action, et plus particulièrement vers le Détective Bowden, le seul personnage réellement développé de l’histoire (ancien alcoolique qui doit faire face tous les jours à la mort de sa femme et de son fils 5 ans plus tôt). Là j’avoue qu’il gère parfaitement la situation et en menant sa petite enquête, pour éclaircir toute la situation, égraine petit à petit des informations sur nos « passagers » : Qui sont-ils ? Que font-ils là ? Et évidement il s’avérera qu’aucun d’eux n’est blanc comme neige… enfin ça c’était convenu d’avance dans ce type d’histoire.

Le Détective Bowden et les agents de sécurité essayent de gérer la situation

Le Détective Bowden et les agents de sécurité essayent de gérer la situation

Et justement, venons-en aux personnalités de nos passagers : comme dit juste au-dessus, ils ont tous quelque chose à se repprocher et, outre « l’intérêt » de la chose pour la conclusion de l’histoire, il faut clairement y voir comme intension première de se jouer du spectateur en l’amenant à douter à tour de rôle de chaque passager, cherchant à lui faire dire « Ah c’est forcément lui le tueur ! » ou « elle »… sauf que voilà : je sais pas si dans mon cerveau y’a une case étiquetée « Shyamalan » qui ferait que je devine forcement d’avance les idées qu’il va développer dans ses scénars, mais au bout de 5 min de film j’avais déjà éliminé de mes suspects plus de la moitié des personnages et n’hésitait plus qu’entre deux, et au bout de 10 min de film je m’étais clairement fixée sur une personne… et « paf » c’était la bonne <_<. Donc peut-être que le petit jeu qui consiste à faire circuler les doutes sur chacun des personnages à tour de rôle marche… ou pas : j’en sais rien ! Tout ce que je sais c’est que ça n’a pas du tout fonctionné sur moi et pourtant, pourtant, j’ai espéré pendant tout le film m’être plantée !

Il se passe de drôles de choses dans cet ascenseur

Il se passe de drôles de choses dans cet ascenseur

Pour continuer sur le déroulement du scénario, et donc sur Shyamalan et ce que je disais sur ces fins ratées : ce cher Night a encore une fois été « brillant » de ce point de vu là ! Entre son côté bigot qui ressort à tel point que ça me donnerait presque envie de vomir (sans trop vous en dire je signalerais juste que ici même le diable a une « morale ») et le twist à deux balles tellement ridicule et énorme que je ne pensais pas qu’il oserait faire ça (là je dirais simplement « Oh que le monde est  petit ! » ^^) Shyamalan a encore bien raté son coup. Car même si l’idée de base sous-entend que rien ne se déroule au hasard et que tout était « prévu », faut quand même pas pousser mémé dans les orties ! Ce n’est pour moi qu’une excuse bidon pour expliquer des facilités scénaristiques complètement énormes ! Et c’est bien dommage, de voir la dernière partie du film tomber dans ces facilités, car jusque-là il réussissait à installer et maintenir une bonne tension qui allait crescendos et on espérait un peu plus que ça pour conclure l’histoire.

Oh tient, et si on jetait un (très) rapide coup d'oeil au-dessus de l'ascenseur ?

Oh tient, et si on jetait un (très) rapide coup d'oeil au-dessus de l'ascenseur ?

Côté acteurs, on retrouve deux, trois têtes vaguement connues, comprendre par là des acteurs dont on serait bien incapable de leur donner un nom mais qu’on a déjà vu dans des seconds rôles à droite à gauche. Rien d’extraordinaire mais ils tiennent leur rôle et c’est ce qui compte. Petite aparté quand même sur l’acteur qui joue le « passager-mécano » : le charmant Logan Marshall-Green sera à l’affiche du très attendu « Prometheus » (la vraie-fausse préquelle d’Alien) de Ridley Scott.
Pour la réalisation, c’est très propre et lisse, jamais rien d’osé (si ce n’est le p’tit générique de début avec la ville à l’envers qui finalement rendait pas mal). La musique n’a rien de marquante non plus (à part cette horripilante musique d’ascenseur… ce qui est normal pour une musique d’ascenseur ;)) mais globalement fait son boulot en soutenant l’action comme il faut.

La fonction première d'un portable est donc bien de faire lampe torche ! J'en étais sûr !

La fonction première d'un portable est donc bien de faire lampe torche ! J'en étais sûr !

En bref : ceux qui vénèrent Shyamalan devront être assez satisfait par ce petit film au scénario purement « Shyamalanien ». Sinon le film reste tout de même sympa de par son ambiance réussie et un bon rythme (le choix de ne pas jouer la carte du 100% huis clos aidant). Mais la fin est pour moi tellement téléphonée que s’en est ridicule… enfin chacun son point de vu ^^.

Points positifs :
+ Huis clos…
+ … mais pas complètement
+ Histoire de base sympa
+ On ne s’ennuie pas

Points négatifs :
– Shyamalan
– Déroulement téléphoné
– Shyamalan
– Fin ratée
– Shyamalan

Publicités

Laisser un commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :